Textes et prières
 
Découvrir l'Unité
 - Accueil
 - Équipe
 - Secrétariat
 - Ressourcement de foi
 - Galerie photos
 - Cimetière St-Martin
 - Liens
 

Sacrements et Liturgie

 - Horaire des messes
 - Baptêmes
 - Mariages
 - Onction des malades
 - Funérailles
 - Résidences

Parcours de foi

 - Parcours catéchétiques
 - Ados
 - Calendriers
 - Cascades
 - Fais jaillir la vie
 - P'tite Pasto
 - Soif de vivre
 - Liens
 - Catéchètes

Pasto sociale

 - Pourquoi pasto sociale?
 - Commerce équitable
 - Développement et Paix
 - Environnement
 - St-Vincent-de-Paul
 - Liens

Historique

 - Histoire de l'Unité
 - Paroisse St-Martin
 - Paroisse St-Pie-X
 - Paroisse St-Urbain

Prière

Entre toi et moi, on peut bien se l'admettre:
de loin, je fais le brave.
Quand arrive le mal, j'ai peur.
À la moindre piqûre, je ferme les yeux.
Quand j'ai attendu sur la civière
Si seul, si terriblement seul,
Je tremblais comme une feuille.
Un mal de dents, un mal d'oreilles,
Un mal de gorge, une névralgie,
Je suis prêt à rendre l'âme.
Quand tout le corps est bien, ce n'est que justice,
Me semble-t-il.
Mais au moindre malaise
Je voudrais crier au scandale.
Si j'ai mal aux reins, je pense à toi
Si j'ai mal au foie, je pense à toi.
Si j'ai mal à la tête, je pense à toi.
Si j'ai mal au ventre, je pense à toi.
Quand je n'ai mal à rien, je pense encore à moi.
Je suis peut-être plus malade que je ne pense.

Amen
André Beauchamp


Cela n'a pas d'importance

"L'homme est insensé, illogique, égocentrique:

Cela n'a pas d'importance, aime le!

Si tu fais le bien, on t'attribuera des intentions égoïstes:
Cela n'a pas d'importance, fais le bien!

Si tu réalises tes objectifs, tu trouveras de faux amis et de vrais ennemis:
Cela n'a pas d'importance, réalise les!

Le bien que tu fais sera oublié dès demain:
Cela n'a pas d'importance, fais le bien!


L'honnêteté et la sainteté te rendent vulnérables:
Cela n'a pas d'importance, sois loyal et honnête!


Ce que tu as mis des années à construire peut être détruit en un instant:
Cela n'a pas d'importance, construis le!

Si tu aides les gens, ils seront fâchés contre toi:
Cela n'a pas d'importance, aide les!


Donne au monde le meilleur de toi-même et il te maltraitera:
Cela n'a pas d'importance, donne le meilleur de toi même !

Mère Teresa


L'hier et l'aujourd'hui

Hier, on a connu le sacrement de pénitence.
Aujourd'hui on expérimente le sacrement du pardon.

Hier, le pénitent devait se repentir d'avoir offensé Dieu et il recevait une pénitence pour ses péchés.
Aujourd'hui, le sacrement du pardon insiste sur le geste gratuit de Dieu qui nous pardonne et nous réconcilie dans son amour.

Hier, le sacrement mettait l'accent sur le pénitent et son péché.
Aujourd'hui, le sacrement met l'accent sur Dieu et son amour.

Hier, le sacrement semblait un rite un peu magique.
Aujourd'hui, il se voit comme une rencontre personnelle avec Jésus.

Hier, on parlait du péché comme d'un manque à la loi de Dieu.
Aujourd'hui on le considère comme une fermeture du cœur, un refus volontaire, conformément à la pensée même de Jésus.

Hier, on parlait de l'obligation de se confesser.
Aujourd'hui, nous sommes invités à rencontrer Dieu dans son amour qui nous pardonne.

Hier, on craignait un Dieu juge et comptable.
Aujourd'hui, on connaît un Dieu qui aime et pardonne.

Hier, l'examen de conscience portait sur une liste de péchés ou de commandements.
Aujourd'hui, c'est un regard sur soi à partir de la Parole de Dieu qui nous invite à la conversion.

Hier, l'aveu détaillé faisait dominer le sentiment de culpabilité.
Aujourd'hui, c'est l'expression qui libère.

Hier, le confessionnal, boîte noire et froide.
Aujourd'hui, une rencontre de Jésus dans la personne du prêtre, une rencontre interpersonnelle ou communautaire.

Louis-François Christie, prêtre

Prière du pèlerin

Tu aimais marcher, Seigneur Jésus
Et les gens aimaient ton pas.
Je t’imagine sous le chaud soleil
Dévaler les collines de Galilée
Ou gravir les montagnes de Judée.
Rien n’arrêtait ta marche sinon la misère des autres.

Aujourd’hui, je marche avec Toi.
Je t’offre mes pas.
Chacun d’eux chante ma liberté.
Chacun d’eux rend grâce pour ma vie,
mon souffle, ma joie de vivre et de découvrir.
Chacun d’eux te bénit pour mon corps, mon cœur
et mon esprit reçus de Toi.
Chacun d’eux te dit “je t’aime”.

Donne-moi l’audace du premier pas,
celui de la réconciliation qui tarde,
Celui du père qui court au devant de l’enfant prodigue,
Celui que tu souhaites envers le pauvre,
Celui de l’enchantement qui devrait m’emporter
vers les autres qui ne te connaissent pas.

Apprends-moi à marcher avec toi et comme toi
Pour qu’à l’heure de mes derniers pas,
Je les mette dans les tiens
Et que je traverse le rideau de la mort
en toute confiance.
Amen

abbé Alain Roy